La sleeve gastrectomie

Aidez-moi à choisir mes implants mammaires
23 mars 2018
Corrections des ventre abimé psychologies
Corrections des ventre abimé psychologies
18 octobre 2018
Show all

La sleeve gastrectomie

La sleeve gastrectomieLa réduction de l’estomac appelée aussi « la sleeve gastrectomie »  se produit par l’enlèvement d’une partie de l’estomac qui est fermée et suturée. L’opération est réalisée par voie laparoscopique  et consiste à en réduire la taille, tout en conservant les fonctions de l’estomac. Dans la période postopératoire, il est important de contrôler l’ingestion de nourriture et dans tous les cas, ses effets de perte de poids durent dans le temps. Après une telle chirurgie invasive, il est essentiel de commencer un mode de vie sain et équilibré

Durée de l’intervention : 1-2 heures

Anesthésie : Générale

 Hospitalisation : 2-3 jours

Récupération : 7-10 jours

Effets : immédiats

Des résultats : durables

Avantages :

C’est une opération relativement simple

Les incisions sont petites (5-10 mm)

Elle est réalisée par voie  laparoscopique

La récupération est assez rapide

Résultats attendus et risques :

La sleeve gastrectomieLes résultats commencent à apparaître après quelques jours et durent longtemps. Dans certains cas, des saignements, des obstructions et des infections peuvent survenir et certains patients se plaignent de nausées et de vomissements.

La chirurgie :

L’opération est réalisée par voie laparoscopie. Le chirurgien pratique de petites incisions pour accéder à l’estomac qui est coupé et la partie restante prend la forme d’un tube de moindre capacité.

Après l’intervention :

Le chirurgien  vous recommandera un repos d’environ 7-10 jours et vous pourrez reprendre votre routine quotidienne. Votre régime devra être liquide au départ et composé d’aliments semi-solides plus tard. Après un mois, vous pourrez  commencer le régime prescrit par le chirurgien  avec des quantités réduites de nourriture.

Contre-indications :

La sleeve gastrectomieL’opération est contre-indiquée chez les femmes enceintes ou allaitantes, chez les patients présentant des problèmes cardiovasculaires et souffrant de troubles de l’alimentation ou de troubles psychologiques.